La folie sous toutes ses formes

Était-il dément ou sain d’esprit? Était-elle équilibrée ou encore égarée? Sommes-nous fous ou bien raisonnables? Voilà les questions qui ont envahi le fil de nos pensées au cours de la visite des expositions «Les Vertiges de la folie» et «Le Diable au corps».  Installée au Moulin neuf de l’Île-des-Moulins pour la première, et à la Maison Bélisle pour la deuxième, ces expositions vous feront connaître les récits ponctués de folie d’hommes et de femmes ayant marqué la mémoire collective à travers les époques.


«Les Vertiges de la Folie»
Importée de la  Belgique et adaptée pour le Québec, cette exposition se décline en différentes sections. À l’entrée de chacune de ces sections, des panneaux d’interprétation de couleur rouge vous introduisent à la thématique prochainement abordée.  Quant aux panneaux bleus, ils vous renseignent sur le contexte historique québécois relevant de la thématique énoncée.  Ces panneaux ont l’atout de favoriser la compréhension et d’approfondir la réflexion des visiteurs.

Par ailleurs, en pénétrant chacune des sections, des personnages historiques reconnus pour leur démence se dévoilent par l’intermédiaire de courts textes, de décors, d’artéfacts, de pièces à convictions, de photographies… Ainsi, nous avons fait la rencontre de la mystique Ursuline Marie de l’Incarnation, d’Adrien Arcard surnommé le führer canadien, de la tristement célèbre Alys Robi ainsi que bien d’autres.


Tout au long de la visite, on comprend que la folie est évolutive; elle se définit par le savoir et les normes du temps. Alors que jadis la religion et la spiritualité dictaient le quotidien, de nos jours, performance et productivité sont normes. De plus, vous constaterez que, peu importe sa nature, la folie demeure éternellement lourde de conséquences.

«Le Diable au corps»
 Présentée en collaboration avec le Musée de la Femme de Montréal, cette exposition vous donnera la chair de poule autant par le thème de la persécution des femmes dont elle traite que par la drôle d’atmosphère qui y plane. Pendant quelques instants, vous aurez la chance de découvrir la tragique histoire des présumées sorcières remontant d’un temps aussi lointain que l’an 1460 à aujourd’hui.

Alors que nous montions au deuxième étage de la Maison Bélisle, nous pouvions déjà nous imaginer par la musique ambiante que cette exposition serait imprégnée d’ésotérisme et de frayeur. Dès notre entrée dans la salle, nous avons été frappées par l’œuvre abstraite de Crystal Racine «Ô force de l’Univers» qui est tout à fait magnifique: les couleurs utilisées rendent pleinement justice au thème de l’exposition.

D’elle-même s’impose ensuite la véritable histoire qui se cache derrière ces femmes que l’on qualifiait de «sorcières». Vous découvrirez ainsi l’origine de cette légende, les différentes et les horrifiantes techniques de torture qui leur étaient réservées. Vous verrez également des objets de tous genres tels que des balais, des citrouilles, des plantes et plusieurs autres en lien avec leur rejet et oppression sociale.


En conclusion, nous pouvons sans l’ombre d’un doute recommander ces expositions qui vous feront réfléchir sur le passé, le présent et le futur de la folie, la grande thématique estivale de l’Île-des-Moulins. «Les Vertiges de la folie» et «Le Diable au corps» sont toutes deux poignantes, insolites et enrichissantes. Peut-être ferez-vous le constat, tout comme nous, que la folie est humaine, et donc inévitable…




    Rédigé par Noémie et Myriam



 

Partagez:

0 commentaires:

Publier un commentaire